Les Cahiers de Martine

Les Cahiers de Martine

Décider de reconnaître qui est Dieu

et vous reconnaîtrez que je suis l'Eternel votre Dieu...

Paroles retrouvées pratiquement dans TOUT l'Ancien Testament

 

******

 

 « bonheur perdu »… « paradis perdu »… « idéal perdu »…

 

 

Plusieurs catégories de personnes seront interpellées par ces réflexions, à différents niveaux de compréhension ou de réceptivité.

 

  1. les célibataires

-          endurcis malgré eux

-          en recherche ou attente du conjoint idéal

-          fiancés et remplis d’espérance

 

2. les couples

-          mariés et épanouis

-          mariés et désenchantés

-          divorcés endurcis

-          divorcés, remariés

 

Chacun, à sa manière appréciera avec objection ou approbation, selon son vécu, selon ses attentes et selon ses convictions.

 

Si ma référence remonte au plan originel divin pour l’homme et la femme, je ne saurais échapper à la réalité de la société dans laquelle je vis, pas plus qu’à ma réalité personnelle de femme mariée, divorcée et remariée.

Toutefois, mon but essentiel est de poser noir sur blanc quelques réflexions résultant de mes lectures bibliques de ces dernières années et plus particulièrement de ce mois de janvier 2010.

 

Chaque être humain a dans le cœur un but, une attente, un idéal à atteindre dans sa vie personnelle autant que publique. Cet idéal pourra s’illustrer sous diverses expressions, termes ou mots à « poser » selon son origine culturelle et socioreligieuse.

Pour ce qui me concerne, mon arrière-plan chrétien me ramène immanquablement à mes origines judéo chrétiennes, c'est-à-dire à ce qui est écrit dans la bible, ces Saintes Ecritures faisant référence et autorité sur ma vie. Mais pas seulement.

 

Lorsque je vois, j’entends, j’écoute ou je lis tout ce qui se dit sur le sujet dans le monde actuel de l’Orient à l’Occident, du Nord au Sud, je ne peux que constater que le rêve de tout être humain est d’être heureux, épanoui et réussir sa vie. Ceci me ramène à une vérité biblique : nous sommes tous formés de la même pâte, issus du même créateur.

 

Quant à moi, mon Créateur est le « Je Suis » de la Bible, le Dieu éternel et l’Eternel Dieu, celui qui n’a ni commencement ni fin et qui est à l’origine de toute vie sur terre. Libre à chacun d’y appliquer son créateur ou son origine, au final je ne serais pas étonnée de constater que nos réflexions sont peu ou prou les mêmes.

 

Que dit donc mon Créateur au sujet de l’être humain qu’il a créé homme et femme ? Quel était son plan idéal pour moi ? Qu’est-ce qui a fait que le plan ait échoué ? Où faut-il remonter pour trouver la faille ?

A Adam et Eve, certes.

 

Mais ils semblent si lointains, appartenant à une tradition dont la plupart se sentent étrangers, voire exclus qu’il apparaît difficile d’appliquer leur exemple à notre vie telle qu’elle se déroule en 2010.

 

Et pourtant ! C’est encore dans leur installation sur terre que je vais essayer de puiser les instructions utiles à mon développement de femme du 21ème siècle.

 

Lorsque Dieu a constaté que l’homme avait besoin de son semblable pour être pleinement heureux sur terre, Il n’a pas créé un jumeau, ni un clone, copie conforme de ce premier homme nommé Adam.

 

Se serait-il trompé en choisissant un être aussi différent et complexe que la femme ? Aurait-Il cherché à compliquer la vie sur terre ? Je suis convaincue que non et ce ne sont pas les couples heureux et épanouis dans leur amour qui me contrediront et – malgré les apparences et les statistiques – ils seraient nombreux à confirmer que le choix divin est grandiose et parfait !

 

Les premiers chapitres de la Genèse biblique nous rappellent le mode d’emploi remis entre les mains des premiers utilisateurs de la vie, afin qu’elle soit belle et en parfaite harmonie avec toute la nature créée pour eux.

Outre des instructions pratiques sur la gestion de la terre et des fruits qu’elle produira, des animaux et de leur propre relation qui consistait à n’être qu’un, le point crucial de leur condition de vie consistait à demeurer dans la présence de Dieu, en accord avec Lui par l’obéissance et la dépendance totale du Créateur.

 

Si on se place sur un plan originel il est facile de comprendre que tel un potier, le divin Créateur ne souhaitait pas voir son œuvre tomber dans le précipice de son ignorance pour être brisé et voler en éclat. Il avait non seulement prévu l’arbre qui devait être le signe de l’obéissance de ses créatures, le moyen de confirmer son alliance par l’acceptation volontaire et reconnaître ainsi que Dieu est l’Eternel, Créateur du ciel et de la terre dont toute forme de vie tirait son origine, mais Dieu avait également prévu l’arbre qui avait le pouvoir de donner la vie, la santé, la vigueur et le bien-être pour l’éternité, à la seule condition de le reconnaître comme Dieu, donc de vouloir lui être agréable.

 

Nous connaissons la suite et les conséquences de cette seule exigence non respectée.

 

Et pourtant, si Dieu s’est vu obligé de chasser Adam et Eve du Paradis et d’en fermer l’accès à cause de l’arbre de vie, c’est encore là une preuve de son amour, de son attachement envers ses créatures, afin qu’ils ne deviennent pas éternellement malheureux et séparés de Lui, ce qui serait arrivé s’ils avaient pu consommer de cet arbre-là.

 

Toute la suite de l’histoire biblique démontre la volonté divine de ramener l’être humain en Sa Présence, de lui redonner sa place à ses côtés et de le rétablir dans son identité originelle de fils et filles du Dieu Créateur.

 

Et toute l’histoire humaine de ce lointain passé n’a pas changé : le choix de reconnaître – ou non – que Dieu est le Créateur du ciel et de la terre de qui toute vie sur la terre tire son origine et son appartenance.

 

Cela se traduit par mes choix d’aujourd’hui, de faire ce qui me plaît à moi d’abord, ou de placer Dieu au-dessus de tout et surtout de mon moi.

 

Je n’ai pas à imiter Eve en reportant sur l’autre la faute et la responsabilité de mes échecs.

Je n’ai pas même à craindre que le serpent ne vienne me suggérer de faire autre chose que ce que Dieu a dit, car Dieu m’a créée avec la capacité de décider et de confirmer chaque jour en qui j’ai cru et en qui je veux croire encore aujourd’hui. Qu'Il en soit LUI seul glorifié, magnifié et adoré !

 

******



23/10/2015
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres